• Facebook Artha
  • Instagram artha.ink

La recherche de sens

Reconnaître la valeur de la vie revient à reconnaître notre création, notre pouvoir créateur, reconnaître que notre essence est l’Amour, aussi inconditionnel qu’il soit. 

La raison de notre bonheur vient de cet état que l’on cultive , un état rempli de profonde gratitude pour l’être que l’on est et pour la vie.

 

Cette cultivation du cœur peut nous amener avec le temps à ressentir une forte connexion avec ce qui pourrait être appeler la source de ce que nous sommes, la source de la vie. Elle passe à travers nous, passe à travers toutes les formes d’existence, aussi loin que cela puisse aller.

 

A travers le voyage de nos vies, à différentes étapes, on rencontre des expériences qui nous amènent à ressentir et à faire grandir cette connexion. Celle-ci nous fait alors prendre conscience des éléments qui font du sens, qui ont véritablement de la valeur à nos yeux. Nos objectifs et notre vision évoluent selon l’élévation de notre conscience.

 

La plus part d’entre nous avançons en cherchant des bonheurs extrinsèques pour combler notre sensation d’existence. Bien que cela puisse apporter une satisfaction momentanée, la joie profonde comme la sérénité ne sont accessibles que par un chemin intrinsèque. Le climat de notre temple intérieur, notre espace sacré, tient qu’à soi et à l’exercice délibéré de sa conscience.

 

Pourquoi cultiver la gratitude envers la vie? Parce que reconnaître la valeur de la vie revient à reconnaître notre création, notre pouvoir créateur, reconnaître que notre essence est l’Amour, aussi inconditionnel qu’il soit. Donc, malgré nos différences de cultures, nous sommes tous liés par cette essence à travers tous les espaces, les formes , les niveaux ou les temps.

Qu'est qui nous pousse vers cette recherche de sens?

 

Il y’a des moments où l'on se pose la question suivante: Comment suis-je arrivé ici, dans cette situation? Pour plusieurs raisons, on se serait vu ailleurs, mais après un moment d’arrêt, après avoir pris un pas de recul, on comprend. La vie tend toujours vers un certain équilibre.

 

L’expérience de chacun est différente, mais on vit tous des moments où on se trouve un peu plus à l’intérieur et d’autres à l’extérieur.

 

Dans ce monde, on essaie de suivre ce qui fait du sens pour nous par rapport à la vie que l’on ressent , voit , grandir en nous comme autour de nous.

 

Pour ma part, j’ai évolué dans une famille assez aisée où tous nos besoins essentiels étaient comblés.

 

Ma plus belle richesse est de toujours avoir eu le choix de faire ce que je voulais. Guidé, par mes pairs, j’ai choisi de faire ce que je comprenais comme étant le meilleur à ce moment en me basant sur ce que ma conscience m’offrait comme spectrum. Comme plusieurs, je cherchais simplement à vivre le bonheur.

 

J’ai pu fais partie de différents groupes sportifs et suivis de bons programmes scolaires pour me développer. J’ai complété des hautes études universitaires et je suis allé travailler dans de grandes firmes internationales. Tout cela en pensant que ce modèle qu’on m’offrait était le chemin le plus équilibré.

 

Mon cœur, la boussole m’indiquant le chemin vers la meilleure version de moi même, m'a souvent ramené à me poser des questions sur ce modèle de bonheur. Ainsi, j’ai souvent bifurqué sur ce chemin entrepris. Les gens de mon entourage qui suivaient cet engrenage semblaient trouver que j’étais perdu ou que je perdait mon temps.

 

Et s’il n’y avait pas de temps, mais que de l’énergie en mouvement: Une recherche d'équilibre.

 

Ma recherche m’a amenée à revenir un peu plus vers moi, vers l’expérience humaine. Cette expérience qui commence par le corps avec lequel on évolue tout les jours. J’ai également pris davantage de temps à connecter avec la nature, le ciel et la terre. Pendant un long moment, j’ai arrêté pour me recentrer sur ce qui me paraissait être l’essentiel, la vie, ce qui est en vie. Cela afin de comprendre et intégrer davantage certains principes de la vie.

 

Au coeur de tout être vivant réside une intention, celle de faire grandir la vie dans toutes ses formes, ses niveaux et ses espaces. L'essence de la création est l’Amour, remplie de bonté, de respect et de vérité.

 

Je regardais la danse de la vie, les échanges entre toutes les formes de vie. En observant le monde dans lequel j’avais été plongé, j’ai réalisé que les filtres que nous avions mis devant l’amour étaient très nombreux. Peut être certains étaient-ils nécessaires pour mieux nous organiser, mais cette complexité, venait vraiment filtrer notre amour, la simplicité de recevoir et donner, d'échanger pour entrer en raisonnance.

 

Aujourd’hui, j’ai à peu près quitté cette structure que l’on m’avait proposé. Je ne travaille plus pour de grandes firmes internationales. Je navigue légèrement à côté de ce système. Je suis professeur de Yoga et massothérapeute. Des chapeaux qui me permettent d’échanger avec cœur avec les humains.

 

Alors, pourquoi encore cette recherche de sens?

 

C’est une constante recherche d’équilibre en évolution.

 

Dans ce mouvement, j’ai connecté avec plusieurs personnes  qui semblaient également être dans cette quête de sens. Pour ma part, j'ai compris que le bonheur est plus grand que soi. J’ai été à des rassemblements où l'on connecte plus profondément ensemble, que ce soit dans des échanges plus terre à terre ou spirituels.

 

Aujourd'hui, mon art de vivre se développe: ma connexion, ma présence. Cela m’a donner envie de vivre autremen: Permaculutre, communauté, éducation libre, alimentation vivante, harmonie avec nos écosystèmes, Eco-construction, ...  La liste est longue. 

 

J’ai toujours envie de confort et d’aisance, mais avec beaucoup plus de respect et de connexion pour la vie. Je pense aux autres versions de moi-même, tous ces gens qui sont aussi de grands vecteurs pour faire grandir la vie.

 

Je comprend qu'on devrait s'aligner un peu plus sur le cœur, s'aimer un peu plus avec toutes nos différences, s’unir et créer ensemble.

 

Dans cet océan d’énergie qu’est la vie, nos univers dansent ensembles pour faire grandir le tout. À chaque instant, dans chaque expérience, on vibre pour s’harmoniser avec le mouvement de la création. On respire. On s’inspire et on s’exprime.

Il y à longtemps que je désire commencer à écrire ce journal. J’écris pour la passion d’écrire, pour faire vivre à travers des mots une vie remplie de sens. La vie est une suite d’expériences transformationnelles qui nous amènent à comprendre l’essentiel de celle-ci, sa valeur. À travers notre engouement à chercher à comprendre et à affirmer qui on est ou d’où on vient, on tente tous de trouver le bonheur. La vie est un vrai voyage.

 

Empreinte d’expériences du passé ou d’espoirs du futurs, on voyage à travers la vie adoptant des comportements qui font le plus de sens pour nous à chaque instant. De plus, il y a les traditions léguées entre les générations qui nous influencent. Ceci contribuent à former les cultures.

 

Entre nous les humains, il existe tant de différences. Comme si chacun vivait son voyage différemment. Malgré ces différences, les raisons expliquant notre quête de bonheur nous rassemblent davantage. C’est dire que le comment nous faisons les choses est différent, mais que le pourquoi est similaire.

Il est temps d'entreprendre, de s’aventurer. À chaque cycle, on se recrée, on prend de l’expansion en tournant autour de chaque aspect de notre être. Plus on tourne, plus on prend de l’expansion et plus on découvre ce qui a de la valeur, l’essentiel. On revient alors au centre de soi-même en gardant le meilleur.

 

Lorsque l’idée de commencer ce projet de journal est venu à moi, des idées de partir pour un long voyage remplissaient mon esprit. Il me venait à l’esprit d’aller découvrir d’autres cultures pour y vivre des expériences uniques, échanger du savoir ou pour partager des histoires marquantes.

 

Aujourd’hui, je comprends qu’il y a longtemps que ce long voyage a commencé. Ce voyage est en fait un projet de vie, une entreprise dont le but ultime est d’apporter quelque chose aux autres, d’unir et réaligner le monde vers un plus grand état d’être.

 

 

2020/09/11